Subventions régionales

Afrique subsaharienne, 2015

NOTE: Cet appel est maintenant terminé

Les subventions régionales dans le programme BID cherchent à établir ou à renforcer des collaborations internationales qui augmentent la mobilisation des données sur la biodiversité.

Procédure de soumission

La date limite pour les notes conceptuelles initiales d'Afrique subsaharienne était le 20 novembre 2015. Le GBIF et la commission d'évaluation ont fourni des commentaires et des recommandations aux candidats invités à préparer des propositions complètes.

Les demandes doivent être envoyées en anglais en utilisant le modèle correspondant.

Veuillez noter que les demandes reçues en retard ou incomplètes ne seront pas prises en compte par la commission d'évaluation.

Objectifs

Les objectifs spécifiques des subventions régionales pour la mobilisation de données sur la biodiversité sont :

  • Établir ou renforcer les collaborations internationales afin de mobiliser les données sur la biodiversité
  • Accroître le nombre de données disponibles sur la biodiversité, pendant la période de subvention et au-delà
  • Utiliser les données sur la biodiversité pour répondre aux priorités de conservation

Le programme BID vise deux résultats principaux :

  1. Une capacité accrue pour la mobilisation et l'utilisation efficaces des informations sur la biodiversité
  2. Une disponibilité accrue des ressources d'information et des guides des meilleures pratiques pour la mobilisation et l'utilisation de l'information sur la biodiversité afin de répondre aux besoins des principaux enjeux politiques

Critères d'évaluation

Les propositions seront évaluées selon les critères suivants :

  1. Alignement du projet sur les objectifs et priorités de BID.
  2. Alignement du projet sur les besoins clairement exprimés dans la proposition en matière d'informations et de renforcement des capacités de biodiversité.
  3. Contributions supplémentaires du projet aux besoins régionaux en données, y compris ceux définis dans la déclaration et le plan d'action d' « Africa Rising ».
  4. Succès et expérience avérés dans l'exécution de projets similaires.
  5. Capacité du projet à servir d'exemple en matière de meilleures pratiques dans l'utilisation des informations sur la biodiversité pour la prise de décision.
  6. Quantité, qualité et pertinence des données sur la biodiversité proposées pour la mobilisation, avec une préférence accordée aux projets qui mobilisent des données sur la biodiversité liées aux zones protégées, aux espèces menacées et aux espèces exotiques envahissantes.
  7. Solidité des plans de développement et de durabilité des capacités institutionnelles au-delà des actions du projet.
  8. Niveau de soutien institutionnel et rapport coût-efficacité des actions proposées ; équilibre entre le niveau de subvention demandé à BID et le cofinancement par les partenaires du consortium.
  9. Valeur anticipée des éléments livrables du projet sur le plan national et régional, et pour l'ensemble de la communauté GBIF.
  10. Choix et complémentarité des partenaires du consortium.
  11. Qualité de la conception du projet et de l'évaluation des risques. Les plans de suivi et d'évaluation seront évalués dans les propositions complètes.

Durée du projet

Les projets sélectionnés pourront amorcer leurs activités en juin 2016 pour une durée maximale de deux ans (s'achevant en juin 2018), suivie d'une période de six mois d'élaboration de rapports et d'évaluation (s'achevant en décembre 2018). Tous les projets doivent s'achever d'ici au 31 décembre 2018.

Montant de subvention disponsible

Un minimum de trois partenaires, originaires de pays ACP africains différents, doit former un consortium. Chaque partenaire pourra recevoir jusqu'à 20 000 €, et un coordinateur de consortium pourra recevoir en plus jusqu'à 10 000 € de financement supplémentaire pour coordonner les activités de ses partenaires. Au cours du programme BID, chaque candidat peut recevoir un maximum de 60 000 € de financement pour des projets.

Types d'activité des subventions régionales

Les subventions régionales doivent comprendre au moins une activité qui contribue à chacune des trois catégories ci-dessous. Chaque catégorie présentée ci-dessous comprend une liste non exhaustive des types d'activité possibles :

  1. Mise en place ou renforcement des réseaux afin de soutenir à long terme la mobilisation des données et le partage interinstitutionnel des données:
  2. Évaluation des besoins des détenteurs et des utilisateurs de données par le biais d'un sondage ou d'une étude afin de développer une stratégie pour le consortium.
  3. Organisation d'ateliers régionaux pour la promotion de la collaboration interinstitutionnelle.
  4. Officialisation des partenariats par le biais d'accords institutionnels, de politiques de partage des données et d'approbation par les pouvoirs publics des stratégies de mobilisation des données.
  5. Adoption d'un processus de publication des données, qui peut éventuellement comprendre l'installation d'outils informatiques de publication des données. (p.ex. Outil de publication intégré « GBIF Integrated Publishing Toolkit » (en anglais)).
  6. Formation des responsables de données et du personnel gérant les collections au sein des institutions principales détentrices de données à la mobilisation et à la gestion des données, par exemple par le biais d'ateliers permettant de partager les connaissances acquises lors de la participation aux ateliers BID de renforcement des capacités.

  7. Activités permettant de mobiliser les données sur la biodiversité liées aux zones protégées, aux espèces exotiques envahissantes et/ou aux espèces menacées :

  8. Compilation des inventaires des détenteurs de données sur la biodiversité (par exemple création de catalogues de métadonnées).
  9. Numérisation et publication des collections d'histoire naturelle et des informations sur la biodiversité provenant de la littérature scientifique.
  10. Mobilisation des occurrences d'espèces et des données d'échantillonnage provenant des réseaux d'observation et des systèmes de suivi, tels que les espèces exotiques envahissantes, les espèces menacées ou les espèces endémiques.
  11. Validation et publication des listes taxonomiques d'espèces nationales, régionales et locales, des listes d'espèces envahissantes et des listes d'espèces menacées.
  12. Préparation de « data papers » visant à améliorer la réutilisation des données mobilisées sur la biodiversité.

  13. Intégration des informations sur la biodiversité dans les processus politiques et de prise de décision :

  14. Sondages ou ateliers permettant de comprendre les exigences en matière de données sur la biodiversité pour les cas d'utilisation spécifiques
  15. Mise en place de groupes d'utilisateurs pour orienter la mise en oeuvre des projets sur des sujets prioritaires identifiés, tels que l'agrobiodiversité, la biodiversité urbaine et les zones protégées
  16. Organisation d'ateliers et d'actions de sensibilisation pour promouvoir l'utilisation des données en libre accès, par exemple, dans les rapports sur la biodiversité à l'échelle nationale.
  17. Organisation d'ateliers sur les techniques d'analyse de données
  18. Utilisation des données sur la biodiversité dans les processus de prise de décision
  19. Documentation des cas d'utilisation et partage de ces cas avec les partenaires de la région
Flag of the European Union

Ce programme est financé par l'Union européenne